logo_RFS
Par Thierry Plet – associé responsable des activités Evaluation Groupe H3O

 
Bien que pas toujours fiables, les entretiens restent les outils privilégiés des entreprises pour évaluer leurs candidats. Il est donc préconisé de recourir à d’autres méthodes et, idéalement, de croiser plusieurs outils ainsi que le regard de deux professionnels.
 
Plusieurs outils d’évaluation

« Il est capital de ne pas aller trop vite pour évaluer un candidat quand on connaît les conséquences d’un mauvais recrutement (baisse de la productivité, de la motivation d’une équipe, coût, etc.). Pourtant, les entreprises (96 % des 135 professionnels interrogés par H3O) plébiscitent l’outil d’évaluation le plus rapide et le plus simple : l’entretien en face-à-face.

Mais le candidat bien préparé peut y berner un évaluateur expérimenté. Les entreprises utilisent aussi d’autres outils qu’elles estiment utiles et complémentaires entre eux : les tests techniques (46 %), les questionnaires de personnalité (42 %), voire les tests d’aptitude, jeux de rôle et études de cas (39 %). Avec l’Assessment Center, nous croisons ces outils pour une meilleure prédictibilité. »
 
Croiser les outils avec l’Assessment Center

« L’Assessment Center (AC) est une méthode d’évaluation des candidats. Mené par un cabinet extérieur, déconnecté des considérations internes à l’entreprise et donc impartial, l’AC a pour but d’affiner l’évaluation et de la rendre objective. Comment ? En croisant divers outils d’évaluation du ‘ savoir-être ’ du candidat (enquête de personnalité), de son ‘ savoir-faire ’ (ex. : mise en situation, tests d’aptitude) et de son ‘ savoir ’ (tests techniques). Un tel croisement peut, par exemple, révéler un candidat brillant, une fois mis en situation, mais peu à l’aise à l’oral.

L’AC implique de respecter une charte et une éthique, en particulier la restitution au salarié de son évaluation. Enfin, l’AC suppose la supervision de deux assesseurs minimum (dont un psychologue, de préférence) pour croiser les regards. Présent dans de grands groupes, confrontés à l’évaluation des salariés avec la mise en place de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), il commence à pénétrer les PME, encore freinées par des considérations organisationnelles (ex. : l’AC dure une journée).

Mais ne vaut-il pas mieux, parfois, prendre son temps plutôt que prendre une (mauvaise) décision trop hâtive ? »
 
Lire l’article sur rfsocial.com